EADS continuera de coopérer avec l'Allemagne sur un drone

le
0
EADS CONTINUERA DE COOPÉRER AVEC L'ALLEMAGNE SUR UN DRONE
EADS CONTINUERA DE COOPÉRER AVEC L'ALLEMAGNE SUR UN DRONE

FRANCFORT/BERLIN (Reuters) - EADS et son partenaire américain Northrop Grumman ont annoncé lundi qu'ils poursuivraient leur coopération avec le gouvernement allemand sur un projet de drone dont Berlin avait pourtant annoncé l'abandon il y a quelques jours.

Les autorités allemandes avaient annoncé il y a deux semaines renoncer à l'idée d'acheter et de modifier des drones de reconnaissance Euro Hawk en raison du coût jugé trop élevé de leur adaptation aux normes européennes à respecter pour obtenir l'autorisation de vol.

L'affaire a suscité de vives critiques sur le gaspillage de l'argent du contribuable allemand, un débat malvenu à quatre mois des élections pour la chancelière Angela Merkel et son ministre de la Défense, Thomas de Maiziere.

Dans un communiqué commun, EADS et Northrop Grumman assurent qu'ils poursuivent les travaux avec l'Allemagne dans le but de résoudre tous les problèmes.

"L'équipe présentera un projet bon marché et réalisable pour mener à bien les tests de vol de l'appareil initial et la production éventuelle du système complet de quatre appareils supplémentaires", explique le communiqué.

Ils ont qualifié d'"inexactes" les informations selon lesquelles le système de contrôle en vol du drone serait défectueux et son coût de certification excessif.

Des estimations réalisées par le gouvernement estiment entre 500 et 600 millions d'euros les dépenses à engager pour obtenir la certification du drone en Europe, sans garantie que ce feu vert soit obtenu.

Le ministère allemand de la Défense s'est refusé à tout commentaire sur le communiqué d'EADS et Northrop.

Berlin avait prévu un budget de 1,2 milliard d'euros pour l'achat et le développement de ces drones.

L'Allemagne n'est pas le seul pays d'Europe dans lequel les drones posent problème: en France, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé la semaine dernière avoir engagé des discussions avec les Etats-Unis et Israël pour l'achat de drones de surveillance, jugeant que "la France a raté le rendez-vous des drones". (voir: )

Victoria Bryan, Marc Angrand pour le service français, édité par Benjamin Mallet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant