EADS-BAE : Lagardère méfiant, Daimler menaçant

le
0
Alors qu'EADS souhaite se rapprocher de BAE Systems, les actionnaires réagissent. Si Paris et Berlin semblent approuver la fusion, Lagardère se montre prudent et Daimler menace. Boeing, lui, ne tremble pas.

Après des fuites dans la presse, EADS et BAE Systems ont confirmé être en discussions pour former ensemble un leader mondial de l'aéronautique et de la défense, loin devant le mastodonte américain Boeing. Le nouvel ensemble fusionné serait détenu à 60% par les actionnaires d'EADS et à 40% par ceux de BAE Systems. Une nouvelle qui n'enchante pas les actionnaires d'EADS et de BAE Systems: ce matin, sur les Bourses, EADS chute de 7,5% alors que cette opération présente des «risques financiers» et des «obstacles politiques», selon le broker Citigroup. De son côté, le titre BAE Systems abandonne 5%.

Paris et Berlin, actionnaires d'EADS, vont «travailler ensemble» sur ce projet de fusion. Ils devraient donner leur feu vert à la création d'un géant capable de dégager quelque 80 milliards d'euros de chiffre d'affaires dont presque la moitié de l'activité serait consacrée à la défense. En revanche, les actionnaires Lagardère et Daimler affichent leur mécontentemen

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant