E.ON va livrer la plus lourde perte de son histoire-sce

le , mis à jour à 12:21
0

(Actualisé avec détails, cours de Bourse) FRANCFORT/DÜSSELDORF, 10 novembre (Reuters) - Le géant allemand des services aux collectivités E.ON EONGn.DE annoncera mercredi une perte record d'environ cinq milliards d'euros au titre des neuf premiers mois de 2015, la plus lourde de son histoire, ont dit mardi à Reuters trois sources proches du dossier. Selon le quotidien Handelsblatt, la perte dépassera les cinq milliards d'euros du fait de dépréciations se montant à plus de huit milliards. Vers 10h30 GMT, le titre E.ON abandonne 2,2%, plus forte baisse de l'EuroStoxx 50 STOXX50E , alors que la Bourse de Francfort .GDAXI ne cède que 0,5% au même moment. "E.ON sort les squelettes du placard", a déclaré l'une des sources en expliquant que ces dépréciations étaient attendues de longue date. La valeur de certains actifs a chuté dans un contexte de recul chronique des prix de gros de l'électricité, de nombreuses centrales devenant déficitaires, a expliqué cette source. E.ON s'est refusé à tout commentaire, renvoyant à la publication de ses résultats sur neuf mois, prévue mercredi. Le groupe avait averti en septembre qu'il comptabiliserait au troisième trimestre jusqu'à neuf milliards d'euros de dépréciations reflétant la baisse des cours des matières premières et des changements de réglementation défavorables. De ce fait, il avait dit prévoir sur l'ensemble de l'année une perte nette, en milliards d'euros, située "vers le milieu d'une fourchette à un chiffre". ID:nL5N11G2I2 D'après des traders, cette perte nette ne remet pas en cause le projet du groupe allemand de verser un dividende de 50 centimes par action au titre de l'année 2015. La redistribution aux actionnaires est calculée à partir du résultat net courant après impôts, qui n'est pas affecté par ces dépréciations et devrait être compris entre 1,4 et 1,8 milliard d'euros en 2015. Déjà dans le rouge l'an dernier, E.ON a renoncé en septembre à scinder ses centrales nucléaires en Allemagne face aux pressions politiques pour que la responsabilité du coût du démantèlement des installations incombe aux industriels du secteur. ID:nL5N11G2I2 (Christoph Steitz, Véronique Tison et Myriam Rivet pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant