E.ON quitte la Grande-Bretagne mais pas le nucléaire

le
0
E.ON NE RENONCE PAS AU NUCLÉAIRE
E.ON NE RENONCE PAS AU NUCLÉAIRE

FRANCFORT (Reuters) - La décision d'E.ON de renoncer à construire de nouvelles centrales nucléaires en Grande-Bretagne ne signifie pas que l'entreprise tourne le dos à la filière dans son ensemble, déclare vendredi le président du directoire du groupe de services aux collectivités.

"Ceci n'est pas un rejet de l'énergie nucléaire, simplement une décision sur la manière dont nous faisons des investissements", dit Johannes Teyssen dans un entretien publié vendredi par le journal allemand Handelsblatt.

RWE et E.ON ont annoncé jeudi renoncer à leur projet de 18 milliards d'euros visant à construire de nouvelles centrales nucléaires au Royaume-Uni, ce qui pourrait compromettre l'objectif de Londres en matière de renouvellement du parc de réacteurs.

Les deux groupes ont justifié cette décision par le choix de l'Allemagne de rompre avec l'énergie nucléaire, le niveau élevé des coûts d'exploitation de leur coentreprise Horizon et par les délais requis par la construction de nouvelles centrales nucléaires.

E.ON a également déclaré jeudi qu'il poursuivrait son projet de construire un réacteur nucléaire en Finlande via le consortium Fennovoima, dans lequel le groupe allemand détient une participation de 34% au travers de sa filiale finlandaise.

Christoph Steitz, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant