E.ON et Hydrocop s'allient pour viser l'hydroélectrique français

le
0
E.ON VA S'ALLIER AVEC HYDROCOP DANS L'HYDROÉLECTRIQUE EN FRANCE
E.ON VA S'ALLIER AVEC HYDROCOP DANS L'HYDROÉLECTRIQUE EN FRANCE

PARIS/FRANCFORT (Reuters) - L'allemand E.ON et Hydrocop Concessions, un groupement de huit petits distributeurs français d'énergie, ont annoncé lundi s'allier en vue de décrocher les concessions hydroélectriques que la France déciderait d'ouvrir à la concurrence.

E.ON cherche à étendre sa présence dans les énergies renouvelables depuis que l'Allemagne a annoncé son retrait du nucléaire. Le groupe prévoit de dépenser 7 milliards d'euros en ce sens sur les cinq prochaines années.

A la demande de Bruxelles, la France se prépare de son côté à ouvrir à la concurrence un secteur dominé jusqu'ici par EDF en lançant des appels d'offres pour le renouvellement des concessions de dix centrales hydroélectriques.

Les appels d'offres devaient initialement se faire au cas par cas entre 2010 et 2013, et les concessions être attribuées entre 2013 et 2015. Mais aucun des processus d'appels à candidature n'a encore débuté.

"Nous avons du retard", a commenté une porte-parole du ministère de l'Ecologie, ajoutant que le ministère était en train de recruter des consultants pour finaliser les cahiers des charges.

L'Union européenne a demandé à la France d'ouvrir 20% de ses centrales hydroélectriques à la concurrence. Les concessions devant être renouvelées se situent dans les Alpes, les Pyrénées et le centre de la France.

La capacité hydroélectrique de la France, qui atteint quelque 23.500 MW, est aujourd'hui gérée par EDF - qui exploite 85% des installations du pays - et GDF Suez, qui a dit vouloir accroître sa part de marché dans le secteur.

Muriel Boselli et Christoph Steitz, Natalie Huet pour le service français, édité par Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant