Duvan souffle sur la Serie A

le
0
Duvan souffle sur la Serie A
Duvan souffle sur la Serie A

L'attaquant le plus prolifique en Italie n'est ni Tévez, Icardi ou Higuaín. Non, il s'agit de Duvan Zapata, un Supersub sauce colombienne qui est devenu la mascotte du Napoli.

Il y a en ce moment plus de Zapata que de Rossi en Serie A, signe d'un football qui a définitivement changé. Ils sont par ailleurs tous les trois colombiens. On connaît Cristian, défenseur du Milan, il y a le jeune Alexis attaquant de l'Udinese et puis Duvan, avant-centre du Napoli. C'est bien ce dernier qui nous intéresse. Pourtant, il n'est qu'un remplaçant dans l'équipe de Benítez et ne bouleversera probablement jamais la hiérarchie. En effet, il n'y a qu'une place en pointe dans le 4-2-3-1 immuable du technicien espagnol, et elle est occupée par un certain Gonzalo Higuaín, pratiquement impossible à bouger et par ailleurs rarement blessé. Pas de problèmes pour Duvan, cela dit : "Je connais mon rôle", affirmait-il sans broncher après le dernier match de championnat contre Sassuolo, où il avait encore claqué son but. Et son rôle, c'est celui d'attaquant le plus prolifique de la Serie A. Rien que ça.
Génération James Rodríguez
Si Zapata est un nom courant en Colombie, le prénom Duvan est lui beaucoup plus rare. En serbe, il signifie "tabac", en suédois, c'est un dérivé de "pigeon". À son arrivée à Naples l'été 2013, il ne provoque pas un tabac, et les tifosi ont même l'impression de s'être de nouveau fait pigeonner. 7 millions, c'est une jolie somme pour un second couteau, et la méfiance est de mise après l'affaire Eduardo Vargas. Le Chilien avait été payé 15 millions de dollars l'hiver 2012 pour un triplé en Ligue Europa en une année avec le maillot azzurro. Pourtant, il avait guidé l'Universidad de Chile à la victoire en Copa Sudamericana et s'était même classé second au Ballon d'or sud-américain derrière Neymar. Alors les mecs qui flambent de l'autre côté de l'Atlantique, mollo.

D'autant que Duvan arborait tout juste de bonnes stats avec l'Estudiantes, deux saisons de championnat argentin et 13 buts lors de la seconde entre le tournoi Inicial et Final. C'est bien, mais ça ne justifie pas forcément un billet pour un des meilleurs clubs italiens. Et surtout, ses performances ne concrétisaient pas les jugements dithyrambiques des spécialistes du football colombien à ses débuts. Sa réputation, il se l'était construite avec l'América de Cali, ce qui lui avait valu une place en sélection pour le Mondial U20 de 2011 à domicile. Souvenez-vous de cette équipe de Colombie qui avait passé un 4-1 à la France de Lacazette et...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant