Dur dur d'être député socialiste : et pourtant ces ministres cherchent un siège...

le , mis à jour à 08:20
5
Dur dur d'être député socialiste : et pourtant ces ministres cherchent un siège...
Dur dur d'être député socialiste : et pourtant ces ministres cherchent un siège...

L'heure est aux tractations, alors que plusieurs ministres souhaitent se replier vers une carrière au Parlement. Conseil d'un socialiste aguerri : « La clé, c'est d'avoir la bénédiction du sortant et des élus locaux. »

 

Pour Myriam El Khomri, élue locale avant d'être ministre du Travail, la route semble se dégager dans le XVIIIe arrondissement de Paris : elle devrait prendre la suite de Christophe Caresche, dont elle est la suppléante. La maire de Paris, Anne Hidalgo, ne fera pas obstacle à sa candidature. Ce n'est pas le cas d'Audrey Azoulay, pour laquelle un atterrissage dans la capitale avait été envisagé. Mais l'entourage de la ministre de la Culture, soupçonnée par ses détracteurs « de ne pas vouloir franchir le périph », fait dans le déni : « Franchement, elle n'est pas du tout là-dedans. »

 

Emmanuelle Cosse (au Logement) aussi est tentée. « On est dans une phase de réflexion et de consultation avec les partenaires », élude son entourage, qui confirme toutefois que si cela se faisait, ce serait « plutôt en région parisienne ». Cosse sonde dans le Val-de-Marne, où une circonscription PS se libère. Juliette Méadel, secrétaire d'Etat à l'Aide aux victimes, est attendue dans la 10e circonscription de Seine-et-Marne. Le sortant verrait son arrivée d'un bon oeil. Mais « elle risque de ne pas être très bien accueillie par les socialistes locaux », selon un connaisseur.

 

La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem a préparé de longue date son arrivée à Villeurbanne (Rhône), où une circonscription jugée « sûre » lui tend les bras. Tout-puissant localement, Gérard Collomb, qui avait pris ombrage de l'émancipation de son ex-adjointe à Lyon, a promis de l'aider. « Mais, il va falloir qu'elle fasse du terrain et c'est difficile », prévient-il.

 

Patrick Kanner, lui, s'est tourné vers son département du Nord, qu'il a présidé de 2011 à 2014. Pas pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JOG58 il y a 2 mois

    elles n'ont rien su faire comme minsitres et elles veulent se planquer.....bravo

  • M1903733 il y a 2 mois

    Quand au siège j'espère que ce sera un siège éjectable. Il y a bien quelqu'un qui peut leur proposer un emploi de manutentionnaire dans leur coin.

  • M1903733 il y a 2 mois

    C'est vrai , c'est éreintant de toucher un revenu pareil.

  • frk987 il y a 2 mois

    Si j'étais chef d'entreprise et que j'ai la candidature de ces 3 bonnes femmes : à l'accueil, certainement pas, trop vieilles et trop laides, au standard téléphonique peut-être, on ne les voit pas mais seraient elles capables de travailler 35h, je doute, et comme elles ne savent rien faire...franchement, au panier leur lettre de candidature.

  • s.thual il y a 2 mois

    Ça cherche les planques, le citoyen ça c est le cadet de leur soucis..