Dupont-Aignan pour «une France libre»

le
1
Nicolas Dupont-Aignan a dénoncé dimanche «le système européise et mondialiste» défendus selon lui par les «grands» candidats, notamment ceux de l'UMP et du PS.

Le candidat souverainiste a plaidé pour «une l'indépendance pour une France libre, l'espérance pour une France rassemblée». Pendant une heure et quart, le candidat souverainiste a tenté de convaincre plus d'un millier de sympathisants, réunis salle Équinoxe à Paris, que «la France a perdu sa liberté en abandonnant le pouvoir à des autorités non élues, à Bruxelles, aux marchés financiers, aux puissances de l'argent». Seul candidat à prôner la sortie de l'euro, avec Marine Le Pen, le candidat souverainiste s'en est pris à la présidente du Front national, «une fausse alternative» qui est selon lui «l'assurance-vie du PS et de l'UMP pour se maintenir au pouvoir (...) tant elle stérilise la protestation légitime des Français». Se présentant comme le garant d'un «patriotisme apaisé», le député (non inscrit de l'Essonne) s'est exclamé: «À quoi bon prendre Le Bourget ou Villepinte, si c'est pour monter un parti contre l'autre?» Fustigeant «Mitterrand...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bercam01 le dimanche 25 mar 2012 à 23:19

    Dupont-Gnangnan est un souverainiste en peau de lapin et un gaulliste de pacotille qui ferait mieux d'aller lécher les babouches de ses chers administrés de Yerres : ils lui en seront certainement reconnaissants...