Dunkerque : le procureur voulait suspendre les incarcérations

le
0
Le garde des Sceaux a demandé au parquet de Dunkerque de revenir sur ces instructions qui étaient motivées par la surpopulation dans les prisons.

Le procureur de Dunkerque s'est attiré les foudres de la Chancellerie: il avait décidé de suspendre l'exécution d'une partie des peines de prison, en raison de la surpopulation carcérale. Le garde des Sceaux lui a demandé de faire marche arrière. Fait exceptionnel, Philippe Muller avait rédigé le 25 juillet dernier une note à l'ensemble des services enquêteurs de Dunkerque et d'Hazebrouck demandant la «suspension de l'exécution de l'écrou» selon les termes consacrés, jusqu'au 5 septembre. Selon ces consignes, une partie des personnes condamnées à des peines de prison ne devaient ainsi pas être placées sous les verrous dans l'immédiat, faute de place. Dans sa note, le procureur avait toutefois pris soin de préciser que les auteurs de violences en récidive - notamment sur enfants ou conjoints -, ou de faits de nature sexuelles, ne pouvaient être bénéficiaires de ce sursis.

Philippe Muller avait pris sa décision après avoir visité la maison d'arr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant