Dunkerque : il vit six jours avec un dentier dans la gorge

le
0
Dunkerque : il vit six jours avec un dentier dans la gorge
Dunkerque : il vit six jours avec un dentier dans la gorge

Le personnel médical de l'hôpital de Dunkerque n'a pas voulu croire que l'octogénaire avait avalé son dentier, rapporte la Voix du Nord. Malgré l'insistance de sa famille auprès des soignants, Roland Marissael, 85 ans, a dû rester six jours avec un appareil dentaire bloqué dans la gorge avant d'être opéré en urgence. Il se trouve aujourd'hui dans un état grave. Une enquête interne est en cours.

 

Tout commence le 14 août, à Cambrai, par un banal accident.  Roland Marissael déjeune avec des amis lorsqu'il avale un radis de travers, mais pas seulement... Emmené aux urgences du centre hospitalier de Cambrai, un médecin en déduit qu'il s'agit d'une fausse route et le renvoie chez lui. Le soir même, la situation empire. L'octogénaire respire mal, ne parle plus, et sa femme remarque que son dentier a disparu... Il est donc cette fois transporté à l’hôpital de Dunkerque par le SAMU où, dès son arrivée, la famille signale aux urgences que le vieil homme a dû avaler son dentier. Une information répétée quotidiennement aux internes. «Mais on ne nous a pas pris au sérieux», affirme la famille de Roland Marissael qui a insisté à plusieurs reprises pour qu'une radio de la gorge soit effectuée. En vain. 

 

Le dentier est resté coincé dans les cordes vocales

 

Il faudra attendre le vendredi soir pour que le médecin en charge du patient se décide pour une radio de la gorge, alors que l'homme ne peut plus ni boire ni manger. Et là les clichés révèlent que le dentier est effectivement resté coincé dans les cordes vocales. Roland Marissael est opéré d’urgence mais son état se détériore. Lundi 22 août, il est placé en réanimation. « Il est intubé, perfusé, ventilé, ses poumons ne fonctionnent plus. On nous a dit que c’était la fin», précise la famille qui se demande encore comment un homme en bonne santé, très actif pour son âge «peut finir comme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant