Dugarry, le cœur n'a pas forcément sa raison

le
0
Dugarry, le cœur n'a pas forcément sa raison
Dugarry, le cœur n'a pas forcément sa raison

Christophe Dugarry a passé un mauvais dimanche soir lors de PSG-Monaco et l'a fait payer dans son analyse d'après-match à l'ASM. Anti-monégasque, pas légitime pour critiquer, et si Duga était avant tout un homme qui écoutait trop son cœur et en oubliait la fonction première d'un consultant : analyser.

C'était un match dont il n'y avait plus grand-chose à dire et à penser. Éteindre la télé et ressentir le spleen d'un dimanche soir, c'était la voix de la sagesse. Le 0-0 est un risque inhérent au foot, l'ennui qui va parfois avec aussi. Mais il faut commenter, meubler "débriefer" comme on dit à Canal. En élève limité mais appliqué, Michaël Landreau a salué en palette la discipline défensive de Monaco. On aurait pu s'arrêter là, dire que Paris a dominé, Monaco résisté avec ses armes du moment, et la résistance dans le football revêt une certaine noblesse. Mais non. Christophe Dugarry a expurgé son malheur. Parce qu'on lui demande, parce qu'on le paye pour l'exprimer. " Quand je les vois jouer, je m'ennuie. Sincèrement, voir jouer Monaco, c'est une purge. [...] C'était une purge, c'était nul. Monaco, c'était nul. " Duga a passé un mauvais dimanche, Duga n'aime pas le Monaco de Jardim. C'est son choix, est-ce son rôle ? Lui pense que oui. "Quand je les vois jouer, je m'ennuie." Ok, on saisit le message.


C'était un match dont il n'y avait pas grand-chose à dire et à penser, donc le critique est devenu critiqué à défaut d'un autre os à ronger. La dépression dominicale de Christophe Dugarry a fait sa soirée et son lundi à Twitter qui a ressorti ce qu'il balançait encore quelques jours avant la victoire de l'ASM à Arsenal : "Monaco ne méritait pas de jouer en Ligue des champions". Faites entrer l'accusé. Objet du délit : acharnement sur l'ASM de Leonardo Jardim. Un Jardim dont le consultant (et d'autres d'ailleurs) jugeaient au CV et à la gueule du client après deux journées de championnat qu'il n'avait pas les épaules pour le poste. Lundi, le Portugais a senti le sens du vent en conférence de presse et demandé en faux candide : "Il a entraîné aucune équipe, Dugarry" ? Aucune, senhor. Duga ne veut même pas en entendre parler. Il n'est pas François Truffaut. Truffaut le...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant