Duel UMP-FN à Villeneuve-sur-Lot : la fièvre monte

le
0
Duel UMP-FN à Villeneuve-sur-Lot : la fièvre monte
Duel UMP-FN à Villeneuve-sur-Lot : la fièvre monte

«On n'a jamais vu autant de monde. Tout ce tapage, ça devient infernal ! » s'agacent Martine et Odile en se frayant un chemin dans les allées du marché de Monsempron-Libos. Hier matin, les 2000 âmes de cette bourgade du Lot-et-Garonne ont dû composer avec l'actualité politico-médiatique du moment : la venue quasi simultanée de Jean-Louis Costes (UMP) et d'Etienne Bousquet-Cassagne (FN), les deux adversaires du second tour de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot, avec leur ballet de micros et caméras, déambulant au milieu des étals. Un duel inédit dans l'ancien fief de Jérôme Cahuzac. Dimanche, Costes est arrivé en tête avec 28,71% des suffrages et moins de 900 voix d'avance sur son rival frontiste (26,04%), condamnant le PS, éliminé, à jouer les arbitres et à appeler au « vote utile pour faire barrage à l'extrême droite ».

Une consigne qui, hier matin sur le marché, semblait avoir du plomb dans l'aile. « Ici, on en a ras le bol de toutes les affaires. Les politiques pensent plus à eux qu'à nous », s'agace Jean-Pierre. Socialiste « dans l'âme » dit-il, il n'ira pas voter au second tour, « trop dégoûté ». Jacqueline, sympathisante PS, a voté FN au premier tour « par contestation ». Au second, elle votera blanc.

Campagne locale contre soutiens nationaux

Jean-Louis Costes, le maire et conseiller général de Fumel, la commune voisine, se dit toutefois confiant et mise sur une participation importante pour l'emporter. « Tenez bon, dimanche on est avec vous », lui glisse une commerçante. Cependant, l'accueil est vite douché par une poignée de sympathisants FN qui l'interpellent vivement. « Ça fait des années que vous faites de la politique ici. Et vous voyez le résultat? Le chômage est au plus haut. Vous n'apporterez rien de plus en entrant à l'Assemblée! » hurle Sylvain, un jeune entrepreneur agricole, énervé par la « consigne de front républicain ». « ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant