Duel Fillon-Juppé: un débat "à la loyale", selon la presse

le , mis à jour à 09:11
4
François Fillon et Alain Juppé avant le débat télévisé de l'entre-deux-tours de la primaire de droite le 24 novembre 2016 à Paris ( POOL/AFP / ERIC FEFERBERG )
François Fillon et Alain Juppé avant le débat télévisé de l'entre-deux-tours de la primaire de droite le 24 novembre 2016 à Paris ( POOL/AFP / ERIC FEFERBERG )

"Après les escarmouches, les fleurets mouchetés". La presse de vendredi salue la bonne tenue du débat d'entre-deux-tours de la primaire de droite au cours duquel François Fillon et Alain Juppé se sont affrontés "à la loyale".

"Après une semaine de violentes polémiques, où l’on a cru un moment qu’ils n’appartenaient plus au même camp, le débat entre François Fillon et Alain Juppé aura permis d’apaiser les tensions", commente un brin soulagé Paul-Henri du Limbert dans Le Figaro.

"François Fillon et Alain Juppé ont privilégié le fond... avec de petites tensions", titre Le Parisien/Aujourd'hui en France. "Après les escarmouches, les fleurets mouchetés", résume Yann Marec dans Le Midi libre.

Dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, Pascal Coquis constate qu'"après avoir joué les tontons flingueurs tout au long de la semaine afin de faire de son adversaire un épouvantail pour les centristes et les électeurs de gauche, Alain Juppé avait rangé la sulfateuse".

- Programme contre programme -

Le duel Fillon-Juppé pour représenter la droite
Le duel Fillon-Juppé pour représenter la droite ( AFP / Paz PIZARRO, Thomas SAINT-CRICQ )

Pour L'Alsace et son éditorialiste Laurent Bodin, "vu le niveau de tension à droite depuis la victoire surprise, dimanche, de François Fillon, devançant largement Alain Juppé, le débat d’entre-deux tours de la primaire aurait pu tourner au pugilat. Il n’en a rien été".

"Le combat de rue que certains attendaient ou espéraient n'a pas eu lieu. François Fillon et Alain Juppé se sont affrontés à la loyale pratiquement de bout en bout", estime Patrice Chabanet dans Le Journal de la Haute-Marne.

Conséquence : "ce que le débat a perdu en +peps+, il l’a sans doute gagné en pédagogie", estime Michel Klekowicki dans Le Républicain lorrain.

Les deux candidats ont joué "programme contre programme (...) sans franchir la ligne rouge de l'agressivité", selon Jean-Marcel Bouguereau de La République des Pyrénées.

"C'est bien sur l'économique et le social qu'on a pu observer une dynamique des échanges et la vraie différence entre les deux projets : d'un côté un projet très libéral, de l'autre un projet social libéral. Tout dépend alors du dosage", explique Bernard Stephan dans La Montagne/Centre France.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 300CH il y a 2 semaines

    hier avec Juppette "c'était soirée Mousse pour tout le monde", un papi que l'on aimerait pas aller faire la bise, mdr

  • 5701726 il y a 2 semaines

    Donc , reprendre ce sujet de la représentativité: un fonctionnaire doit démissionner quand il est élu. Sinon, on n ' a que des fonctionnaires: je suis élu, puis je perds, puis je reviens (et la notion de base d'apolitisme ?). Dans le privé, impossible évidemment, donc quasiment aucun vrai salarié du privé comme député ou sénateur (je ne parle pas de ceux classés comme tels sur le site de l'Assemblée alors qu'à 50 ans, ils ont été 2 ans dans le (vrai) privé! Cad ds ds des secteurs concurrentiels.

  • 5701726 il y a 2 semaines

    Ce n'est pas 500 000 fonctionnaires , c'est 1 500 000 fonctionnaires et assimilés (SNCF, EDF etc). Certes, pas sur 5 ans , Sur 15 ou 20 ans , voilà le défi. Et l'autre , plus importante, avoir un pays DEMOCRATIQUE cad une chambre pas faite pour et par les fonctionnaires, avec les lois qui s'ensuivent. En 1981 , 80% de fonctionnaires et assimilés, à ce jour > 50%.... Avoir des gens qui créent et générent de l'argent , pas des gens qui poussent des dossiers. en entravant souvent les initiatives

  • j.tavern il y a 2 semaines

    François Fillon représentant candidat droite luxe et des séniors grande bourgeoisie. Reste un espace ou créneau vide ou boulevard pour un vrai candidat(e) droite et du centre AJ ou NKM ?