Du sursis requis contre les 9 de Greenpeace

le
0
Le procureur de Troyes a requis ce vendredi de quatre à six mois de prison avec sursis contre les militants poursuivis pour s'être introduits dans une centrale de Nogent-sur-Seine. Avec une vidéo BFMTV

Les neuf militants de Greenpeace qui s'étaient introduits dans la centrale de Nogent-sur-Seine, le 5 décembre 2011, ont comparu vendredi matin devant le tribunal correctionnel de Troyes.

Le procureur a requis des peines de 4 à 6 mois de prison avec sursis assortie d'une mise à l'épreuve, et des amendes allant de 1000 à 2500 euros. Parmi les mesures préconisées dans le cadre de la mise à l'épreuve: l'interdiction, pendant deux ans, d'approcher une installation nucléaire.

Agés de 22 à 60 ans, les neuf intéressés - dont certains avaient déjà participé à des «actions» pro-environnement - défilent à la barre. Souriants mais peu bavards, cet apiculteur barbu, ce financier retraité, cette ergothérapeute, cette peintre-décoratrice, ces demandeurs d'emploi, soutenus par une salle acquise à leur cause.

Les débats, conduits en souplesse par le président Gérard Launois, se déroulent dans le plus grand calme. On rit de temps en temps, comme lorsque l'une des prévenues

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant