Du papier journal dans le crayon à papier

le
0

La Chine, principal émetteur de gaz à effet de serre, a ratifié la semaine dernière l'accord de la COP 21 sur le climat. Mais l'a-t-elle signé avec un crayon à papier recyclé ? En l'occurrence, celui de Go Green, une sous-marque du fournisseur chinois Beifa dont le chiffre d'affaires avoisine les 90 M€ par an. Fabriqué dans un centre de recyclage de la ville portuaire de Ningbo, près de Shanghaï (Chine), son crayon écologique a la particularité d'être conçu à base de vieux papiers journaux. Car même à l'ère du numérique, les Chinois lisent toujours autant la presse, voire plus. Résultat: le papier journal usé revient 20 % moins cher que le bois, généralement utilisé pour fabriquer des crayons. De quoi donner des idées à Beifa, qui a senti le bon filon il y a huit ans.

 

Grain de sable

 

Lancé aux Etats-Unis puis vendu en Malaisie et en Corée du Sud, cet objet recyclable est arrivé en France en 2011. On le trouve uniquement dans la trentaine de boutiques spécialisées dans les fournitures et le matériel de bureau que le groupe chinois a réussi à convaincre. Car il est difficile de pénétrer le marché français, méfiant à l'égard des produits made in China réputés de mauvaise qualité. « Il faut du temps, explique sa directrice générale en France Emily Duan. On présente nos crayons, on donne des échantillons pour que les commerçants les testent. En général, ils sont satisfaits. Mais pour eux, le produit chinois haut-de-gamme n'est pas une priorité. »

 

Avec 5 000 pièces vendues par an à partir de 30 centimes d'euros l'unité, Go Green représente un grain de sable face aux mastodontes comme Bic dont les crayons ne sont pas recyclés. Mais la fièvre verte touche d'autres spécialistes, à l'image de Staedtler. L'entreprise allemande se vante d'avoir développé un mode de fabrication écoresponsable : plutôt que de se servir de plaquettes de bois, la matière première est réduite en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant