Du mieux pour les finances des hôpitaux

le
0
Les dépenses courantes sont davantage maîtrisées et les investissements restent élevés.

Alarmiste il y a deux ans, voici désormais Dexia plutôt rassurante sur la situation financière des hôpitaux français. La banque, qui accorde aux établissements publics de santé presque la moitié de leurs prêts, a publié ce mercredi une note de conjoncture sur le secteur.

À première vue, le document peut sembler inquiétant. La dette des hôpitaux français atteignait 22 milliards d'euros fin 2009, contre 20,1 milliards un an plus tôt. Elle ne dépassait pas 8,2 milliards en 1997 et 9,2 milliards en 2002 encore ! Mais ces montants traduisaient un faible niveau d'investissement, «ne permettant pas de maintenir le parc en l'état», rappelle la note. Depuis 2002, la tendance s'est inversée, le taux de vétusté (amortissements cumulés/valeur initiale des actifs) redescendant de 55% à 51,4%. C'est l'effet des plans «Hôpital 2007» puis «Hôpital 2012», par lesquels l'Etat co-finance de lourds projets d'investissement (bâtiments, informatique...), les hôpitaux auto-fi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant