Du FMI à la prison, la chute de DSK vue par les psychiatres

le
0
Les clés psychologiques d'une affaire de mœurs qui bouleverse l'opinion publique.

Comment un homme qui aurait pu être chef de l'État peut-il du jour au lendemain se retrouver en prison avec des détenus de droit commun? Même s'il reste présumé innocent, des psychiatres répondent. 

• Y a-t-il un fossé entre le profil d'un séducteur et celui d'un violeur ? 

«C'est totalement antithétique, s'exclame le Pr Jean-Pierre Olié (Sainte-Anne, Paris). Le séducteur a besoin de percevoir chez l'autre une empathie, une assurance, une réponse positive, un élan. Le violeur veut une emprise, une maîtrise de l'autre. Il s'inscrit dans le déni de son attente.» Pour le Pr Bruno Falissard (Inserm) : «La différence de base s'appelle le consentement. Mais cette notion n'est pas simple. Dans le cadre d'une relation sexuelle, doit-on dire toutes les cinq minutes que l'on est d'accord?» Le séducteur vit dans le désir de plaire, de provoquer l'attirance. Tous les politiques sont des séducteurs, rappelle le Pr Michel Lejoyeux (hôpital B

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant