Du classique contre le rejet de greffes

le
0
Une étude japonaise a mise en évidence un lien direct entre l'écoute de Verdi ou de Mozart et le non-rejet de greffes cardiaques chez la souris.

On sait que la musique est censée adoucir les m½urs. À dose non nocive ou gênante, elle peut réduire le stress, favoriser la relaxation, adoucir la douleur et améliorer bon nombre de thérapies. Mais on sait moins que les souris sont mélomanes et que certaines musiques (dans ce cas Verdi ou Mozart) ont un impact très bénéfique sur la santé dans le cas des greffes d'organes. Avec, à l'appui, le dosage sanguin des principales protéines régulant le système immunitaire (interleukines ou interféron). S'il faut encore le démontrer chez l'homme (de manière autre qu'empirique), des chercheurs japonais de l'université de Teyko viennent de le prouver sur un modèle animal (publié dans Journal of Cardiothoracic Surgery).

Les chercheurs ont pris de jeunes souris mâles âgées de 8 à 12 semaines. Tous ont subi une greffe cardiaque dans les mêmes conditions. Puis les animaux ont été répartis au hasard dans différents groupes. L'un a eu le droit pendant six jours d'écou...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant