Du blog à l'entreprise: quand la blogosphère féminine se professionnalise

le
0
Du blog à l'entreprise: quand la blogosphère féminine se professionnalise
Du blog à l'entreprise: quand la blogosphère féminine se professionnalise

Démarrer un blog dans son salon pendant sa grossesse pour partager ses création de bijoux ou de vêtements et réussir à en vivre, à être édité ou à monter un groupe de presse et d'événementiel: c'est le parcours de blogueuses amateurs qui se professionnalisent.Des trajectoires différentes, et, au bout, une forme de consécration. Pourtant, Muriel, Nathalie et Leslie sont toutes parties d'un simple blog."Avec ses enfants à la maison, même si on les adore, tout d'un coup, on est coupée du monde. Le blog, c'était une façon de reconnecter. Les nuits d'insomnie, entre deux tétées, on a l'impression de ne plus être seule", raconte Nathalie Aflalo, qui a ouvert son blog en 2005.A 40 ans, cette ancienne cadre dans l'industrie du verre venait d'être licenciée durant son congé maternité pour son troisième enfant. Elle, qui avait toujours "aimé faire quelque chose de ses dix doigts", se prend au jeu. Blouses à motifs, bavoirs et tabliers à pois pour petits, créations en tissu... elle publie les photos de ses premières créations faites à la main. Très vite, elle est contactée par un grand magasin parisien de la rive gauche, qui lui passe une première commande. Aujourd'hui, sa société Linna Morata compte 5 salariés, livre ses articles (bijoux, vêtements, décorations) dans des grands magasins à Paris, Londres ou des boutiques au Japon et a réalisé près de 600.000 euros de chiffre d'affaires en 2012."Au départ, j'ai investi 80 euros. Financièrement, tout ça, je ne le dois qu'à moi-même", tient à souligner Nathalie Aflalo. Elle a d'ailleurs dû vendre son bien immobilier pour investir dans sa société, car les banques ne "suivent pas les entrepreneurs"."C'est ces freins à l'entrepreneuriat féminin qu'il faut lever", a déclaré mercredi à l'AFP Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des femmes, présente au deuxième salon "e-fluent mums", qui a réuni 350 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant