DSK : regards de femmes politiques

le
0
VIDÉO - Plus que les hommes, elles évoquent la souffrance de la victime présumée.

«Quand on fait des commentaires, on doit signaler qu'il y a une victime présumée.» Nathalie Kosciusko-Morizet persiste. Invitée mardi du «Talk Orange-Le Figaro», la ministre de l'Écologie, numéro quatre du gouvernement, se préoccupe de l'employée de l'hôtel Sofitel qui aurait été victime des assauts de Dominique Strauss-Kahn. Comme lundi matin, elle a une pensée pour la jeune femme de chambre. Mais pas question pour NKM d'entrer dans une lecture sexiste de l'affaire. «Je n'aime pas lire les commentaires politiques à l'aune de la relation hommes-femmes», argumente-t-elle.

Détresse

Des femmes politiques de droite comme de gauche s'insurgent contre le peu de cas qui jusqu'à maintenant a été fait de la jeune femme. Depuis que l'affaire a éclaté, dimanche matin, il est effectivement peu question de sa détresse. L'affaire concerne un des poids lourds du PS, ex-probable candidat à la présidentielle. Les images d'un Dominique Strauss-Kahn menotté et la retr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant