DSK ne fait pas encore l'unanimité au PS

le
0
Malgré des sondages sans équivalent, le patron du FMI ne s'est pas encore imposé comme le candidat naturel du Parti socialiste.

Sa décision est prise. Mais on ne la connaît toujours pas. Dans le documentaire de Nicolas Escoulan diffusé dimanche sur Canal +, Dominique Strauss-Kahn maintient le secret : «Quoi que je puisse avoir dans mon esprit, permettez que je le garde pour moi», répond-il. Une confidence enregistrée en janvier avant la percée de la présidente du FN, Marine Le Pen, avant la campagne acharnée de François Hollande et avant la préparation visible de Martine Aubry. Alors, si le directeur général du FMI a choisi, il peut encore changer d'avis avant l'ouverture des primaires, fin juin.

Il y a deux évidences avec lui. Tout d'abord qu'il a désormais envie de concourir : tous les signes qu'il envoie convergent en ce sens. Ses partisans ne s'embarrassent plus de précautions de langage. «Je pense qu'il est candidat», explique le député de Paris, Jean-Marie Le Guen, l'un de ses plus proches. Ses adversaires, quant à eux, mettent un peu de nuances dans leurs propos mais ne doutent p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant