DSK mis en examen pour proxénétisme

le
0
Après huit heures d'audition lundi, les juges ont estimé que l'ex-patron du FMI a joué un rôle actif dans le dossier du Carlton. Ses avocats entendent faire appel de cette décision.

La menace planait depuis plusieurs mois. Elle s'est abattue lundi soir sur Dominique Strauss-Kahn, mis en examen pour «proxénétisme aggravé en bande organisée». Une qualification lourde de sens, passible de la cour d'assises. C'est la première véritable mise en cause judiciaire pour l'ex-favori de l'élection présidentielle, finalement rattrapé par l'affaire du Carlton, dans laquelle son nom était apparu publiquement fin octobre dernier. Le scandale avait éclaté alors que l'horizon semblait s'éclaircir pour l'ancien patron du FMI. Un mois et demi plus tôt, il rentrait de New York après l'abandon des poursuites pénales par le procureur Vance dans l'affaire du Sofitel. Et, mi-octobre, la plainte pour agression sexuelle de Tristane Banon avait été classée sans suite à Paris pour cause de prescription.

À Lille, lundi, les magistrats ont explicitement cité l'article 225-5 du Code pénal, selon lequel «la prostitution est le fait par quiconque, de quelque manière que...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant