DSK : le PS toujours obligé d'attendre

le
0
Les socialistes guettent les prochaines déclarations du directeur du FMI, champion des sondages pour 2012.

Pour l'instant, ce n'est qu'une inflexion. Les sondages qui annoncent le triomphe de Dominique Strauss-Kahn en 2012 semblent marquer le pas. Ainsi dans le baromètre Sofres pour Le Figaro Magazine, la cote d'avenir du directeur général du Fonds monétaire international a perdu sept points. Pas de quoi s'affoler selon ses partisans. «Il était tellement monté qu'il peut redescendre un petit peu », relativise le député de Paris Jean-Marie Le Guen, invité le 3 février du «Talk Orange-Le Figaro». Un autre partisan de DSK se veut lucide : «La pression va monter de plus en plus.»

Mais si la tendance se poursuit, le directeur du FMI pourrait bien se trouver piégé par le calendrier qu'il a imposé aux socialistes. Il leur a demandé de repousser le plus tard possible le dépôt des candidatures. Pendant ce temps là, les autres prétendants se préparent: Martine Aubry, François Hollande et Ségolène Royal. Il serait peut-être temps pour lui de se dépêcher.

Les signes de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant