DSK : la stratégie du silence

le
0
Le fait que les avocats de la défense ne répliquent pas aux fuites orchestrées par l'accusation indique qu'ils sont bien décidés à aller jusqu'au procès.

De notre envoyé spécial à New York

Alors que la presse américaine a été secrètement abreuvée, par la police new-yorkaise, d'informations sur l'affaire de l'agression sexuelle qu'aurait commise, le 14 mai dernier, le directeur général du FMI sur la personne d'une femme de chambre guinéenne, la défense de DSK a extrêmement peu communiqué. Mardi, il s'est rendu pour la première fois chez son avocat, sans que rien ne filtre de leurs discussions.

Lorsque, dans l'après-midi de ce samedi fatal, Dominique Strauss-Kahn est arrêté dans l'avion d'Air France qui doit le mener à un rendez-vous avec la chancelière d'Allemagne fédérale, il appelle immédiatement son avocat de Washington. William Taylor avait défendu avec succès le patron du FMI, dans le cadre d'une enquête interne diligentée après qu'il eut entretenu une liaison avec une femme mariée, travaillant au Fonds directement sous ses ordres. DSK, qui avait adressé une lettre d'excuses au conseil d'administrati

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant