DSK : l'immunité, une arme difficile à manier

le
0
Lors du procès, la défense pourrait invoquer l'immunité diplomatique et l'arrestation illégale de l'ex-directeur du FMI pour faire tomber la procédure.

Une protection diplomatique aurait-elle permis à Dominique Strauss-Kahn de ne pas se plier aux injonctions des policiers à l'aéroport JFK? Cette éventuelle immunité sera-t-elle exploitée par sa défense pour tenter de faire annuler la procédure? Ces questions resurgissent alors que le procureur de New York a rendu public le compte rendu de l'arrestation de DSK. Elles avaient déjà préoccupé le Quai d'Orsay peu après le scandale. Une enquête éclair avait permis d'établir que le passeport diplomatique français de l'ancien ministre était arrivé à expiration en juillet 2008.

Le compte rendu de l'arrestation à l'aéroport JFK fait à deux reprises référence au statut de DSK. «J'ai une immunité diplomatique», déclare celui à qui la Port Authority Police (l'équivalent de la Police de l'air et des frontières) vient de passer les menottes dans un local de l'aéroport. «Où est votre passeport?», lui demande alors un enquêteur. «Ce n'est pas dans ce passeport, j'ai

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant