DSK : l'Élysée préconise de réagir avec une «extraordinaire prudence»

le
0
L'éventuelle éviction de Strauss-Kahn de la compétition de 2012 n'est pas forcément une bonne nouvelle pour Sarkozy

La nouvelle est parvenue à l'Élysée peu après 1h30, dans la nuit de samedi à dimanche. Tôt dans la matinée de dimanche, le consulat français à New York a transmis à la présidence le procès-verbal dressé au commissariat de Harlem où Dominique Strauss-Kahn a été placé en garde à vue. Nicolas Sarkozy a donc pu prendre connaissance dans le détail des faits reprochés au patron du FMI. Le porte-parole du gouvernement, François Baroin, a ensuite été envoyé au front pour ce qui aura été la seule réaction officielle de l'exécutif. «Il faut être d'une extraordinaire prudence dans l'expression, dans l'analyse, dans les commentaires et dans les conséquences», a-t-il déclaré sur France 2, en précisant que Dominique Strauss-Kahn aurait «la possibilité d'exprimer sa position, de donner sa version». Le porte-parole a ajouté que «la position du gouvernement français respecte deux principes simples: celui d'abord du respect d'une procédure judiciaire en cours, s

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant