«DSK», l'aphrodisiaque soda, se fait attendre

le
2
Le « Drink Safran Kiwi » s'implante doucement dans la Creuse. Pour le goûter dans la France entière, il faudra patienter un peu.

Même malgré lui, Dominique Strauss-Kahn n'en finit pas de faire parler. En juillet dernier, le lancement de la boisson «DSK», à base de safran et de kiwi, avait fait sensation en France et même à l'étranger. Deux entrepreneurs creusois ont conçu ce soda, le «Drink Safran Kiwi», naturellement baptisé «DSK». Quelques semaines plus tard et malgré le succès média­tique, il reste pourtant difficile de se procurer la boisson. «Pour l'instant, le produit est surtout diffusé en Creuse», explique Stéphane Briault, un des créateurs de la boisson. «On ne pensait pas qu'on allait faire autant le buzz en moins de 24 heures», s'est-il amusé. «À la base, on s'est simplement demandé comment faire consommer du safran aux gens.»

Le lancement a fait beaucoup de bruit, notamment grâce aux initiales du breuvage, qui s'accordent plutôt bien aux vertus aphrodisiaques de l'épice. Mais le démarrage et la distribution de la boisson ne sont pas faciles pour autant. Elle a été bien présentée sur l'aire des Monts de Guéret il y a déjà quelques semaines, mais elle n'était pas disponible à la vente. «Beaucoup de gens se sont déplacés, mais ils sont rentrés bredouille, ils étaient déçus», raconte-t-on à l'aire de repos. L'erreur devrait être réparée dès la semaine prochaine. Vendredi dernier, c'est au Grand Café des Sports de Boussac qu'était organisée une soirée de dégustation. «Entre 200 et 250 personnes sont venues pour déguster le DSK en soft drink ou en cocktail», raconte le patron de l'établissement. «La boisson est bonne, l'idée aussi, et en plus, c'est un produit local qui met en valeur notre région»,confie-t-il, enthousiaste. En dehors de la Creuse, le produit est actuellement proposé dans un sauna échangiste, l'Aqualiberty, à Gravigny, en Haute-Normandie. «Les clients sont contents, ça change des boissons énergisantes classiques, et puis forcément, le nom joue, surtout pour un établissement comme le nôtre», blague le patron.

Version «hot» au piment

Les rares clients seraient a priori conquis, reste maintenant à convaincre les distributeurs. La boisson ayant été lancée mi-juillet, le timing n'était pas forcément bon. Malgré les démarchages, «il y a eu un manque de réaction des distributeurs face à l'actualité, pour l'instant les professionnels de la nuit sont passés à côté», se désole Stéphane Briault. Les concepteurs devront probablement adapter leur stratégie pour toucher une clientèle plus vaste, «branchée et nocturne». Peut-être que la version «hot» du DSK, au piment d'Espelette, prévue pour l'automne, séduira de nombreux adeptes.

LIRE AUSSI:

» DSK, la nouvelle boisson au safran et au kiwi

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • E.DAV le jeudi 9 aout 2012 à 12:50

    j’espère que l'on tardera que trop pour leurs collé un procès en diffamation, ses ignoble et pourquoi pas et pour quoi pas appeler appeler une lessive "dash eaux" la lessive qui élimine la saleté.

  • aaron.g le jeudi 9 aout 2012 à 12:38

    eZzy le premier soda relaxant est quand a lui déjà disponible dans la région de saint-tropez ;) le marché des boissons novatrice se porte bien.