DSK en tête ou la revanche des réformistes !

le
0
Dominique Strauss-Kahn, ex-patron du FMI.
Dominique Strauss-Kahn, ex-patron du FMI.

France Inter : Un sondage commandé par Le Parisien Magazine et révélé par France Info mardi dévoile que 56 % des Français pensent que DSK ferait mieux que François Hollande... Ça a du sens ? Charlotte Chaffanjon : De prime abord, non. DSK ne fait plus partie de la vie politique depuis l'affaire du Sofitel. Et c'est en partie pour ça que les Français le plébiscitent. Plus les hommes politiques sont éloignés du marigot, moins ils se mêlent de la gestion quotidienne du pays, plus les Français pensent qu'ils feraient mieux que ceux qui ont les mains dans le cambouis. Mais il y a une explication plus profonde au résultat de cette étude. Laquelle ? Les Français ont envie d'être rassurés, et DSK conserve l'image d'un économiste crédible. Ils ne veulent pas d'un retour de l'homme, ils saluent une vision réaliste et pragmatique de l'économie, éloignée de l'orthodoxie socialiste. Et ça, ça devrait rassurer François Hollande, embarqué depuis peu sans complexe dans une trajectoire pro-entreprise, qui défend l'offre, qui dialogue avec le Medef et, même, qui accorde un hug, une accolade, à un jeune patron français exilé dans la Silicon Valley... Je peux vous dire que certains jubilent de tout cela. Qui donc ? Les autoproclamés "réformistes". Des élus socialistes en lutte contre l'archaïsme et le sectarisme - je les cite - de l'aile gauche du PS, représentée par Emmanuel Maurel et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant