DSK-Diallo : si l'affaire du Sofitel avait eu lieu en France 

le
1
Pour Christophe Régnard, président de l'Union syndicale des magistrats, il n'y aurait pas eu d' «interpellation séance tenante» en France. » La fin du feuilleton judiciaire DSK-Diallo

De ce côté-ci de l'Atlantique, un arrangement à l'amiable permet-il d'éviter un procès? Les questions reviennent souvent, tant la procédure américaine paraît «exotique» à des esprits français. En admettant que la suite 2806 ait été celle d'un palace parisien, la procédure aurait été très différente. Une plainte de la femme de chambre pour des faits qualifiés de viol en France et, donc, de nature criminelle, aurait entraîné - sauf accusations manifestement fantaisistes - l'ouverture d'une information judiciaire confiée à un juge d'instruction. À partir de là, auditions et confrontations des protagonistes, expertises, témoignages auraient alimenté le dossier pendant de longs mois. À l'issue des investigations et des recours, le juge aurait prononcé un non-lieu ou ordonné un proc...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • C177571 le mardi 11 déc 2012 à 10:05

    Il n'y aurait jamais eu d'affaire. Souvenez vous des propos de Mosco!