DSK - Banon : la loi distingue séduction et agression

le
0
DÉCRYPTAGE - Agression sexuelle, tentative de viol, viol ou simple séduction... La législation essaye de faire une distinction entre ces situations, parfois difficiles à différencier

L'affaire DSK-Banon va-t-elle se résumer pour l'opinion à cette conclusion lapidaire: un homme qui tente d'embrasser une femme et se voit éconduit peut être poursuivi pour agression sexuelle? La réponse juridique est complexe. Selon le Code pénal, deux conditions doivent être remplies: les faits doivent comporter une connotation sexuelle et l'agresseur doit avoir agi par «menace, contrainte, violence ou surprise». Il ne suffit pas que la plaignante proteste et dise: «Je ne voulais pas vraiment.» Dans le dossier Banon, Dominique Strauss-Kahn avait seulement admis avoir tenté d'embrasser la jeune femme. Le parquet indique, lui, que «les faits ont été reconnus par leur auteur» et semble retenir, dans son analyse, l'élément de violence.

«Un baiser furtif refusé par une femme n'est pas considéré comme une agression sexuelle, souligne Me Benoît Chabert, spécialisé dans les affaires de mœurs. En revanche, un type qui se jette sur une femme dans le métro en lui b...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant