"Dropped" : polémique sur l'utilisation d'hélicoptères officiels

le
0
Les enquêteurs français du Bureau d'enquêtes et d'analyses près de la carcasse de l'un des hélicoptères impliqués dans le crash.
Les enquêteurs français du Bureau d'enquêtes et d'analyses près de la carcasse de l'un des hélicoptères impliqués dans le crash.

En Argentine, les médias ont réduit leur traitement du crash qui a coûté la vie à 10 personnes lundi à une seule question : pourquoi des hélicoptères officiels ont-ils été prêtés à une équipe de tournage d'une émission de télévision étrangère ? Le débat a été lancé par des médias locaux et des députés de l'opposition au gouvernement péroniste de Cristina Kirchner. D'autant que le drame a eu lieu dans la province de La Rioja, gouvernée par Luis Beder Herrera, issu du même parti que la présidente argentine.

L'assaut a été lancé par un député du parti radical, Julio Martinez, qui a perdu contre Luis Beder Herrera à l'élection du gouverneur de La Rioja en 2011 (récoltant 20 % des voix, contre 67 % pour Herrera). "Nous sommes tous peinés par ces morts, mais nous devons nous demander pourquoi un hélicoptère de la province se trouvait là. [...] J'aimerais savoir s'il y a eu un contrat de signé, quelque chose de légal, s'il y a bien une assurance-vie, et si le gouverneur [...] a une responsabilité dans cette affaire", s'interroge Julio Martinez, qui demande l'ouverture d'une enquête judiciaire.

L'un des hélicoptères accidentés appartenait à la province de La Rioja, qui l'a acquis pour environ 3 millions de dollars à des "fins sanitaires", l'autre à la province voisine de Santiago del Estero. "Comment justifie-t-on qu'un appareil à vocation sanitaire puisse être loué dans ces circonstances, quand, d'un autre côté,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant