"Dropped" : les enquêteurs pointent de graves manquements à la sécurité

le
0
Le rapport sur la collision en Argentine des deux hélicoptères, où se trouvait notamment Florence Arthaud, pointe les négligences de ce vol en patrouille.
Le rapport sur la collision en Argentine des deux hélicoptères, où se trouvait notamment Florence Arthaud, pointe les négligences de ce vol en patrouille.

De graves manquements à la sécurité sans que l'un d'eux soit décisif, c'est globalement ce qui ressort du rapport du JIAAC (Junta de Investigación de Accidentes de Aviación Civil), l'homologue argentin du BEA français, sur la collision fatale de deux hélicoptères en Argentine. Le drame, survenu le 9 mars dernier lors du tournage de l'émission Dropped qui devait être diffusée cet été sur TF1, avait causé une vive émotion en France. Il avait coûté la vie à la navigatrice Florence Arthaud, 57 ans, à la championne olympique de natation Camille Muffat, 25 ans, au boxeur médaillé olympique Alexis Vastine, 28 ans, à cinq membres de l'équipe technique et aux deux pilotes. Le Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA) du Bourget a été associé au rapport, les deux hélicoptères étant des Écureuil construits en France et la majorité des victimes étant françaises. Le Point a pu consulter ce rapport de 43 pages.

Pas de boîte noire

Très technique et conduite selon les règles internationales, l'enquête n'a pas pu bénéficier des outils précieux que sont les enregistreurs de vol, généralement analysés après les accidents. Ces boîtes noires ne sont pas obligatoires sur les aéronefs transportant moins de vingt personnes. Aussi les trajectoires menant à la collision ont-elles été reconstituées à partir de témoignages et de vidéos amateurs. Le JIAAC montre bien que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant