"Dropped" : le vol en patrouille, une discipline stricte

le
0
La réglementation aéronautique parle très peu du vol en patrouille, avant tout militaire.
La réglementation aéronautique parle très peu du vol en patrouille, avant tout militaire.

L'accident des deux hélicoptères le 9 mars dernier en Argentine, dans le cadre de l'émission Dropped, s'est déroulé lors d'un vol prévu en patrouille. La commission d'enquête des autorités de l'aviation civile argentine devrait publier un mois après l'accident un premier rapport factuel qui pourra apporter des précisions par rapport aux circonstances du drame. Celles-ci sont déjà bien connues grâce à une vidéo amateur qui a été largement diffusée et des témoignages visuels. Ce film est épluché image par image par les enquêteurs pour établir exactement la position relative des deux appareils dans l'espace. La bande-son est également analysée. Des oreilles expertes, comme il en existe au BEA, au Bourget, sont capables de détecter une anomalie comme une collision avec un volatile entraînant une perte de puissance et des vibrations de la turbine de l'hélicoptère. Cela se traduit alors par une modification de la fréquence du bruit émis par le moteur, décelable par un spécialiste aidé par des instruments de mesure. Les deux hélicoptères accidentés - tous deux des Écureuil AS350 B3 - étaient récents. Ces aéronefs légers ne doivent pas, réglementairement, être équipés d'enregistreurs de vol, ces boîtes dites "noires" (mais en fait orange) protégées contre les chocs et le feu. En revanche, les systèmes électroniques et informatiques d'aide au pilotage et à la conduite du moteur dont sont équipés les Écureuil modernes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant