Drones et smartphones pour s'attaquer au chaos sur les routes d'Indonésie

le
0
Drones et smartphones pour s'attaquer au chaos sur les routes d'Indonésie
Drones et smartphones pour s'attaquer au chaos sur les routes d'Indonésie

Des drones aux applications pour smartphones, l'Indonésie exploite les nouvelles technologies pour s'attaquer au chaos sur les routes de la grande île de Java surpeuplée, pendant l'exode de millions de musulmans pour célébrer la fin du ramadan vendredi.Les villes du pays musulman le plus peuplé au monde se vident chaque année à la fin du ramadan qui s'achève le 17 juillet, de nombreux habitants rejoignant leurs familles dans des villages pour célébrer la fin du mois de jeûne musulman.Leur voyage est un rite annuel, appelé "mudik" en indonésien, pendant lequel quelques centaines de kilomètres à parcourir sur les routes se transforment souvent en odyssée de 24 heures, voire davantage.La cohue touche en particulier l'île de Java, qui abrite plus de la moitié de la population de l'archipel totalisant 250 millions d'habitants. Java s'étale sur une superficie équivalente à celle de la Grèce, mais avec quelque 140 millions d'habitants, soit 14 fois plus que le pays d'Europe du Sud.Des centaines de nouvelles voitures affluent chaque jour sur les routes d'Indonésie, première économie d'Asie du Sud-Est en pleine croissance, mais peu d'investissements sont effectués pour améliorer le réseau routier vieillissant et souvent en mauvais état."Nous sommes préparés mentalement", a dit Astri Wahyuni, une habitante de Jakarta avant de quitter la capitale pour rejoindre un village au centre de Java avec son mari et ses deux enfants. Un voyage de cinq heures en temps normal, mais qui peu prendre jusqu'à 25 heures en cette période d'exode pour célébrer la fin du ramadan.Cette année, de nouvelles technologies sont apparues pour tenter de faciliter la vie des voyageurs confrontés au chaos routier. A Jakarta, l'une des villes les plus embouteillées au monde, la police a ainsi déployé pour la première fois des drones pour réguler la circulation.Les petits engins sans équipage survolent la périphérie de la capitale de 10 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant