Drones : au delà des mythes, la réalité économique

le
0
Drones : au delà des mythes, la réalité économique
Drones : au delà des mythes, la réalité économique

Se faire livrer une pizza ou le dernier jouet high-tech par un drone, ce n'est pas pour demain et ça pourrait ne jamais arriver. Même si la réalité rattrape la science-fiction à grand pas, le marché des drones n'en est qu'à ses toutes premières évolutions. Contrairement à ses voisins européens et aux Etats-Unis, la France dispose depuis 2012 d'une législation qui à la fois encadre l'utilisation de ces engins télécommandés et a créé le cadre légal afin de professionnaliser un secteur en plein développement.

L'hexagone compte déjà 350 opérateurs de drones et une trentaine de fabricants. Co-fondateur de l'opérateur Redbird et président de la toute nouvelle Fédération professionnelle des drones civils, Emmanuel de Maistre tient à démythifier l'utilisation actuelle des drones et rétablir quelques vérités sur cet objet volant identifié, largement sujet à fantasme.

Les drones font l'actualité d'une manière insolite avec la possibilité de se faire livrer par ces engins...

EMMANUEL DE MAISTRE. Le grand fantasme est le drone qui livre des bières, des burritos voire même des livres en Australie. Mais c'est un farce. C'est interdit même si c'est faisable à condition de le guider. Cela impliquerait que les pizzerias soient équipées d'une flotte. C'était juste un coup de pub pour faire le buzz».

Quelle sont les conditions pour opérer un drone en France ?

E. de M. La majorité des clients industriels ne va pas s'équiper en drone mais faire appel à des opérateurs car un drone coûte entre 10 000 et 50 000 euros. Il faut aussi employer un pilote formé, assuré et à jour dans sa formation. Le ticket d'entrée sur le marché pour un petit opérateur industriel est de l'ordre de 100 000 euros tout inclus dont les ingénieurs. Nous sommes encore sur des contrats qui portent sur des dizaines de milliers d'euros. Nous passerons bientôt à l'échelon au-dessus, c'est à dire topographier, surveiller ou analyser des lignes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant