Drôle d'endroit pour un Mondial

le , mis à jour à 10:26
0
Drôle d'endroit pour un Mondial
Drôle d'endroit pour un Mondial

Chaleur extrême, platitude absolue et ferveur populaire désespérément bloquée sur zéro... Voilà la recette concoctée par l'Union cycliste internationale (UCI) pour son Mondial au Qatar, le premier de l'histoire au Moyen-Orient, qui promet de faire date... Avant l'épreuve reine aujourd'hui, l'initiative a failli tourner au flop. Face à la montée du mercure, les organisateurs ont en effet laissé planer, toute la semaine, l'éventualité d'une course en ligne masculine (257,3 km) amputée des 150 km prévus dans le désert et ramenée à quelque 115 km (7 fois 15 km) dans The Pearl Qatar -- l'archipel d'îles artificielles abritant le centre urbain de Doha où sera jugée l'arrivée !

Par bonheur, le mirage s'est dissipé. Les diverses épreuves ont pu être disputées. Le thermomètre s'est stabilisé aux environs de 37-38 °C hier. La complète parodie de cyclisme a été évitée.

Cependant, le ridicule n'a pas été épargné aux compétiteurs. L'UCI a proposé aux volontaires d'avaler une gélule-thermomètre, censée renseigner avec précision sur la température corporelle de l'intéressé. Démarche discutable que d'encourager à gober une « pastoche » juste pour savoir qu'il fait chaud... Les données recueillies sont supposées servir en vue de la Coupe du monde 2022 (21 novembre - 18 décembre) de football, laquelle commencera un gros mois plus tard dans l'année.

De la chaleur, les champions cyclistes ne font pas tout un plat. « Organiser une course ici en octobre n'est peut-être pas très sage », juge simplement le champion olympique, le Belge Greg Van Avermaet. « J'ai dû disputer dans ma carrière une centaine de courses par une telle chaleur, avance le Belge Tom Boonen, le champion du monde de Madrid (2005), 36 ans. On savait qu'il ferait chaud. Si l'on organise une course en Sibérie, il fera froid. »

Côté français, on s'est organisés : « Pour m'habituer, j'ai fait un peu plus de home trainer à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant