Droits de l'homme en Chine: Hollande fait confiance «au dialogue»

le
1
Droits de l'homme en Chine: Hollande fait confiance «au dialogue»
Droits de l'homme en Chine: Hollande fait confiance «au dialogue»

François Hollande, en déplacement ce jeudi en Chine, n'a pas éludé les questions portant sur les droits de l'homme, lors d'une conférence de presse.

«Notre principe est celui du respect, a d'abord rappelé François Hollande. Le dialogue est le meilleur moyen de faire avancer la cause que la France défend partout dans le monde, je veux dire les droits de l'homme.»

Tous les sujets abordés «de manière franche, respectueuse»

Relancé par un autre journaliste sur le sujet, François Hollande a déclaré : «Je ne distingue pas la relation politique de la relation économique, c'est en partant de la politique que l'on peut aller vers l'économique. Quant aux droits de l'homme, aux principes de démocratie, ça fait partie du dialogue que nous avons.»

Interrogé sur le Tibet et le sort du prix Nobel de la paix chinois emprisonné, Liu Xiaobo, le président de la République a précisé sa pensée. «Nous avons abordé tous les sujets de manière franche, respectueuse ? droits de l'homme, Tibet et les immolations qui s'y sont produites, liste de l'Union européenne (NDLR : sur les dissidents chinois) ?, avec la volonté de ne pas parler que de cela, mais aussi de la croissance, de la présence de la Chine en Europe.»

«Les droits de l'homme sont sacrifiés au profit des intérêts économiques»

Des déclarations jugées timorées par certaines associations de défense des droits de l'homme. «Nous assistons à la répétition d'un scénario qui s'est déjà déroulé de nombreuses fois. Les droits de l'homme sont sacrifiés au profit des intérêts économiques. Les chefs d'Etat européens se déplacent en Chine pour l'argent, pas pour promouvoir les droits de l'Homme du peuple chinois», a dénoncé Emmanouil Athanasiou, coordinateur du comité international de soutien à Liu Xiaobo.

L'ONG a remarqué que François Hollande, interrogé sur le sort de Liu Xiaobo, a juste évoqué la liste de dissidents chinois établie par l'Union...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le jeudi 25 avr 2013 à 17:41

    S'il veut des contrats ce n'est pas le moment de leur c.hier dans les bottes