Droite : pas de primaire pour les femmes ?

le
3
Droite : pas de primaire pour les femmes ?
Droite : pas de primaire pour les femmes ?

« Une primaire sans candidates féminines, ce serait une primaire ratée », tranche Bruno Le Maire. Mais, à moins de neuf mois de cette élection interne qui départagera les candidats de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017, l'inquiétude grandit déjà chez certains ténors des Républicains. « L'idée d'assister à un scrutin 100 % masculin serait très mauvaise pour notre image, relève un député LR. Vous le voyez, le débat télévisé, avec toute cette testostérone ? »

Il faut dire que, pour les postulants, le ticket d'entrée pour participer à la compétition est élevé : les parrainages de 2 500 adhérents, mais aussi de 250 élus et de 20 parlementaires. Une formalité pour les poids lourds comme Nicolas Sarkozy, Alain Juppé ou François Fillon. Mais un vrai sujet de préoccupation pour les candidats moins exposés. A commencer par les deux seules femmes à ce stade engagées dans la bataille : Nadine Morano, en campagne depuis déjà six mois, et Nathalie Kosciusko-Morizet qui officialisera sa candidature mardi prochain. « J'ai mes 2 500 signatures d'adhérents et les 250 élus. En revanche, côté parlementaires, c'est plus compliqué », reconnaît Morano, excédée par « la frilosité » de certains députés et sénateurs. Même inquiétude chez NKM : « Elle s'est marginalisée ces derniers mois et sa ligne politique est loin d'être majoritaire, décrypte un conseiller de Paris. En clair, elle va devoir aller chercher les soutiens un par un. Ce n'est pas mission impossible, mais ça ne va pas être simple... » Et Nadine Morano d'enfoncer le clou : « Le parti a voulu faire de cette élection quelque chose de moderne. Mais si aucune femme n'y allait, l'exercice démocratique serait un échec ! », s'emporte-t-elle, rappelant que « 53 % de l'électorat est féminin ».

Un coup de pouce de la part de certains candidats

Aux plus hauts étages de la Rue de Vaugirard, au siège du parti, on ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wanda6 il y a 11 mois

    Parmi tous les partis politiques se présentant à toutes les élections, l’ U P R est seule à faire face avec lucidité et courage à l’effondrement qui arrive, en proposant aux Français le triple « Frexit », celui de l’UE, de l’euro et de l’O.T.A.N."

  • r.amans il y a 11 mois

    Grossier personnage !

  • frk987 il y a 11 mois

    Au diable les grognasses de l'UMP, des vraies machines à perdre, laissez les bonnes femmes pour le PS !!!!