Droite, gauche : les relations paradoxales entre argent et dirigeants

le
0
Facade de la bourse de New York en 2014.
Facade de la bourse de New York en 2014.

D’après des chercheurs américains, la rémunération des dirigeants d’entreprise est surtout soumise aux convictions politiques des conseils d’administration : ceux qui penchent vers la droite paient mieux, et sont aussi plus attentifs aux performances.

Les émoluments faramineux de patrons de grands groupes, récompensant des stratégies parfois calamiteuses, ne sont que des cas extrêmes d’une situation banale. Les rémunérations sont, en effet, faiblement corrélées aux performances de l’entreprise.

Une méta-analyse, publiée en 2015, recensant 219 études sur le sujet aux Etats-Unis, aboutit à cette conclusion. Les dispositifs les plus raffinés mis en œuvre pour aligner rémunérations et performances n’ont donc toujours pas trouvé les bons critères sur lesquels s’appuyer.

A moins que les administrateurs, qui décident de la rémunération du président, ne soient davantage sensibles à des arguments plus émotionnels que rationnels, se demande-t-on avec mauvais esprit.

Une intuition fondée Des chercheurs américains ont ainsi eu l’idée saugrenue de chercher à savoir si les convictions politiques des administrateurs influençaient le niveau de rémunération accordé au PDG. Leur intuition était fondée.

« Les conseils d’administration conservateurs paient mieux les PDG que les libéraux », prouvent Abhinav Gupta et Adam Wowak, deux professeurs de stratégie, respectivement de l’université de Washington et de l’université Notre-Dame (Indiana), dans leur article qui vient d’être publié par Administrative Science.

Si l’on assimile, en première approximation, les conservateurs à la droite et les libéraux à la gauche, les conseils de gauche ont aussi le portefeuille à gauche, en toute cohérence. Ce constat est encore plus clair quand on ne pre...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant