Droit dans ses bottes, le candidat Juppé manie la cravache

le , mis à jour à 13:03
3
Droit dans ses bottes, le candidat Juppé manie la cravache
Droit dans ses bottes, le candidat Juppé manie la cravache

Juppé s'amuse. Porté par les sondages, qui le présentent invariablement en vainqueur de la primaire de la droite, les 20 et 27 novembre prochains, l'ancien Premier ministre se sent bien dans ses bottes. Il le prouve dans un entretien au JDD ce dimanche. Tout en déroulant ses propositions, dont certaines lui vaudraient, comme du temps de Matignon, de fortes mobilisations syndicales s'il était élu président de la République, Juppé joue de la cravache.

 

Emmanuel Macron, un avenir avec Juppé ? Il ne le choisirait pas pour Premier ministre, quand bien même l'écart idéologique entre les deux hommes n'est « pas si large que ça ». Il y a quelques mois, pourtant, le directeur de campagne de Juppé, Gilles Boyer, se plaisait à trouver Macron « Juppé compatible »... Mais un adversaire est un adversaire et Juppé, contrairement à son entourage, n'a jamais cédé à l'envie de dire du bien de l'ancien banquier d'affaires. Il réitère : « J'ai dit que mes critères de choix pour mon Premier ministre seraient la compétence et la loyauté. Sa compétence, il ne l'a pas démontrée pour l'instant. Le bilan de son passage à Bercy, c'est quoi ? Les autocars, point barre. Quant à la loyauté, les Français ont bien vu que ce n'était pas sa qualité première! », affirme le maire de Bordeaux au sujet de l'ancien ministre de l’Économie de François Hollande, lancé -moins officiellement que Juppé- dans sa propre course à l’Élysée. Pour être son Premier ministre, Juppé voit « une bonne dizaine » de candidats possibles, « et pourquoi pas une femme ».

 

Alain Juppé compte par ailleurs nommer des ministres pour cinq ans. « Je veux des ministres qui peuvent se projeter dans l'avenir, agir sur le long terme, et qui dirigent véritablement leur administration. Je sais que la vie politique comporte de nombreux aléas, mais c'est l'objectif à atteindre », explique-t-il.

 

Sarkozy, des idées très à droite. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1461628 il y a 12 mois

    AJ pour 2017 un mandat clair et unique assurant la cohésion de la nation, le seul candidat garantissant une première place au 1er tour de la présidentielle devant Marine et une victoire très large au second........Avec Sarkozy le risque devient plus grand d'une victoire étriquée et d'une possible paralysie du pays après les législatives sans parler de l'hystérie et de la confusion des affaires pendant 5 ans ....Pour moi c'est tout vu AJ le 20 et 27 novembre

  • charleco il y a 12 mois

    Il est pro Otan et il a fustigé "la crise actuelle de russophilie". Je le vois donc dans la continuité de Sarko et Hollande.

  • sarestal il y a 12 mois

    A.J celui qui veut faire bosser les autres jusqu'à 65 ans est à mettre dans le même panier: il a cotisé 148 trimestres.... !Retraite d'inspecteur des finances, de député à l'Assemblée nationale comme "détaché" de l'inspection des finances, de député européen + ses indemnités de maire de Bordeaux et de président de la Communauté urbaine de Bordeaux Métropole. PLUS JAMAIS DE POSSESSEUR DE CASIER .-