Droit d'inventaire à l'UMP : Devedjian réclame «un débat ouvert»

le
1
Droit d'inventaire à l'UMP : Devedjian réclame «un débat ouvert»
Droit d'inventaire à l'UMP : Devedjian réclame «un débat ouvert»

Tandis qu'à gauche, les ministres tentent de faire un peu de prospective, dans la perspective du séminaire de lundi, à droite, Jean-François Copé propose à ses troupes de regarder dans le rétro. Dans un entretien publié ce samedi dans «Nice-Matin», le président de l'UMP annonce la tenue d'un débat «sérieux et objectif» sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy au sein de son parti d'ici la mi-octobre. Une invitation qui fait écho à celles de plusieurs ténors du mouvement émises cet été, comme celle de «méditer le passé», selon les mots de l'ancien Premier minitre François Fillon, ou de dresser «l'inventaire» de l'ancienne présidence, comme le suggérait le vice-président du parti Laurent Wauquiez.

Est-ce un moyen de redorer l'image de l'ex-chef de l'Etat ou d'attaquer la rentrée sur des bases plus saines ? Sans même répondre à l'invitation, le député filloniste de l'Aisne Xavier Bertrand, qui s'affichera à son tour dans les colonnes de «Nice-Matin» dimanche, confie au quotidien sa certitude que Nicolas Sarkozy «ne sera pas à nouveau candidat à l'élection présidentielle» de 2017 - contrairement à lui-même, qui compte bien se présenter à la primaire de 2016.

Favorables la tenue de ce débat, d'autres figures de l'UMP cherchent d'ores et déjà à imposer leurs conditions. Comme le député des Hauts-de-Seine Patrick Devedjian qui, interrogé sur RTL ce samedi, se dit «satisfait» par la proposition de Jean-François Copé mais réclame «un vrai débat», «ouvert, et pas seulement d'ailleurs à l'UMP», suggérant de faire appel «à des invités extérieurs qui nous feront part aussi de leurs critiques».

QUESTION DU JOUR. L'UMP a-t-elle raison d'ouvrir un débat sur la présidence Sarkozy ?

Réforme fiscale, carte judiciaire : les loupés selon Devedjian

Le président du conseil général des Hauts-de-Seine est de ceux qui réclament une remise à plat dans la perspective des prochaines ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le dimanche 18 aout 2013 à 00:36

    Si aujourd’hui, on est dans la mer-de avec ce Gvt d’incapable…C’est bien la faute de l’UMP, qui a laissé Sarko, dont on ne voulait plus, se fourvoyer à la présidentielle…car en présentant n’importe qui d’autre, ce PS de mer-de ne serait pas la, à plastronner dans l’incompétence…ALORS, profil bas UMP de rigolos, à vous contempler le nombril…car en dessous, ça brille par son absence, et en haut,le dernier neurone qui cherche la sortie !!!...