Droit à l'oubli: craintes de dérives après l'arrêt Google en Europe

le
0
Droit à l'oubli: craintes de dérives après l'arrêt Google en Europe
Droit à l'oubli: craintes de dérives après l'arrêt Google en Europe

La décision de la Cour de Justice européenne obligeant Google à effacer certaines données privées de ses résultats de recherche, au nom du "droit à l'oubli", suscite des craintes de difficultés d'application et de dérives vers une censure d'internet.L'impact mondial de l'arrêt rendu mardi par les juges de Luxembourg n'est pas clair dans l'immédiat, mais il pourrait créer des problèmes épineux en Europe et au-delà, préviennent des experts d'internet.La Cour a débouté le groupe américain et estimé que les particuliers pouvaient obtenir, sous certaines conditions, la suppression des liens vers des pages internet comportant des données personnelles les concernant en s'adressant directement au fournisseur de ces liens."L'application pratique semble vague et potentiellement très confuse", indique à l'AFP Greg Sterling, un analyste spécialiste de la recherche en ligne au cabinet américain Opus Research.La décision "crée une énorme incertitude pour n'importe quel utilisateur de données en ligne -- par exemple dans la publicité, l'édition, la recherche. Les startups britanniques vont en souffrir", estime aussi sur son compte Twitter Guy Levin, le directeur exécutif de l'association britannique de défense des entreprises technologiques Coadec.- Risques d'abus -Google devrait être capable de filtrer ses résultats de recherche, mais cela signifie que ceux-ci seront différents selon l'endroit où l'internaute se trouve, explique Greg Sterling.Il compare la situation à ce qui se passe en Chine avec les règles de censure gouvernementales empêchant l'accès à certains sites."Cela ouvre la porte, pour des gens qui n'aiment pas les résultats de la recherche, au retrait ou au changement de leurs informations", ajoute-t-il.Il juge "problématique" de déterminer quels résultats doivent être retirés: "ceci pose la question de savoir ce qui est dans l'intérêt public".Pour Danny ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant