Droit à l'IVG : Copé opposé à une modification de la loi Veil

le
4
Droit à l'IVG : Copé opposé à une modification de la loi Veil
Droit à l'IVG : Copé opposé à une modification de la loi Veil

Alors que l'Assemblée nationale doit examiner cette semaine un amendement socialiste visant à renforcer le droit à l'IVG (interruption volontaire de grossesse), la question divise au sein de la droite. Le texte, présenté dans le cadre du projet de loi sur l'égalité hommes-femmes, prévoit d'élargir le droit à l'IVG toute «femme enceinte qui ne veut pas poursuivre sa grossesse» plutôt que de le réserver aux seules femmes «en détresse», comme le préconise la loi Veil de 1975.

Dans un entretien à l'hebdomadaire Valeurs actuelles à paraître jeudi, le patron de l'UMP, Jean-François Copé, affirme qu'on ne doit «pas toucher à la loi Veil», car «elle rappelle le respect de la vie de tout être humain et présente l'avortement comme une exception». Il accuse le gouvernement de vouloir «cliver les Français» en supprimant la notion de «détresse» pour recourir à l'IVG. «Pourquoi changer aujourd'hui la loi sur l'avortement ? Pour faire de l'idéologie (...) Pour banaliser l'avortement», affirme-t-il. A ses yeux, c'est «l'exemple type d'une mesure idéologique, qui n'aide pas à organiser la société, mais qui ne sert qu'à provoquer d'immenses fractures. Comme toujours, le gouvernement cherche à cliver les Français, c'est la technique du leurre. La gauche a toujours fonctionné comme cela».

L'UMP et l'UDI voteront majoritairement pour

Reste que ce mardi, le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, a indiqué que son groupe voterait majoritairement pour cet amendement. Le porte-parole de l'UDI, Philippe Vigier, a assuré que son groupe ferait de même. 

Pour autant, les deux responsables font part de leurs réserves vis-à-vis de cet amendement parlementaire. Pour Christian Jacob, cette modification ne «change rien sur le fond», la notion de détresse figurant dans le texte d'origine n'ayant jamais été «codifiée en tant que telle». Jugeant l'amendement «superfétatoire», il a accusé au passage le PS ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • NYORKER le mardi 21 jan 2014 à 19:24

    Pas d'inquiétude M6197799, les Français sont tellement touché par un chomâge et une crise dont ils ne voient pas le bout, gardent ces deux problèmes comme leurs priorités des priorités.

  • M6197799 le mardi 21 jan 2014 à 18:53

    Diversion , diversion ! tout ce qui détourne l'attention des Français du chômage et de la crise est bon pour Hollande ! et plus c'est conflictuel, mieux c'est !

  • manx750 le mardi 21 jan 2014 à 18:03

    Comment pousser les Français anit assassinat à voter pour le FN !

  • M4888303 le mardi 21 jan 2014 à 17:48

    Si la France profonde n'est pas d'accord il ne lui reste plus que le vote Marine! Bien joué messieurs les politiques, vous vous tirez une balle dans le pied!