Drogue-Mexico réfléchit à une culture régulée du pavot

le
0
    MEXICO, 22 avril (Reuters) - Le gouvernement mexicain 
envisage de réguler la culture du pavot pour produire des 
opiacés à usage pharmaceutique, dont la morphine, et affaiblir 
les narcotrafiquants, selon deux sources au fait de la 
réflexion. 
    "C'est une question légitime. Les Etats doivent se la poser 
et doivent discuter de leur politique", a dit une de ces sources 
    Cette démarche intervient en pleine inflexion de la 
politique de lutte contre les trafics de drogues au Mexique. Le 
pays a basculé en 2007 dans une guerre contre les 
narcotrafiquants qui a fait au moins 130.000 morts. 
    Le président Enrique Peña Nieto, longtemps hostile à toute 
libéralisation en matière de stupéfiants, a proposé jeudi de 
modifier la politique en matière de répression de la marijuana 
qui en légaliserait les usages thérapeutiques, augmenterait la 
dose maximale que les consommateurs peuvent transporter et 
entraînerait la libération de détenus condamnés pour infraction 
à la loi.  
    Un projet de loi va être adressé au Congrès pour autoriser 
la consommation et l'importation de médicaments à base de 
marijuana et pour relever de cinq à 28 grammes la dose autorisée 
pour un usage personnel. (voir  ID:nL5N17O89F ) 
    "Les termes du débat sur la drogue sont en train de changer 
au Mexique et dans le reste du monde", a-t-il dit. 
    La réflexion amorcée autour d'une culture réglementée du 
pavot va dans le même sens, même si on ignore pour l'heure à 
quelle stade elle en est arrivée. Aucun commentaire n'a pu être 
obtenu auprès du ministère de l'Intérieur. 
    Le président mexicain n'en pas fait mention jeudi, mais dans 
un discours prononcé cette semaine à la tribune de l'Assemblée 
générale des Nations unies, où se tenait une conférence 
internationale sur la drogue, il a estimé qu'il fallait "créer 
des alternatives de production dans les régions où les drogues 
sont cultivées". 
    Le mois dernier, le gouverneur de l'Etat de Guerrero, l'un 
des plus touchés par la criminalité liée aux narcotrafics, a 
estimé que la légalisation de la culture du pavot à des fins 
médicinales serait de nature réduire le niveau de violences. 
Hector Astudillo, membre du Parti révolutionnaire institutionnel 
(PRI) du président, a proposé une expérience pilote. 
 
 (Gabriel Stargardter; Henri-Pierre André pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant