Drogue : l'incroyable offensive commerciale des dealeurs

le
6
Drogue : l'incroyable offensive commerciale des dealeurs
Drogue : l'incroyable offensive commerciale des dealeurs

Promotions pour les fêtes, offres spéciales pour relancer le business dans certains quartiers, revente des points de vente entre dealeurs comme s'il s'agissait d'un banal fonds de commerce, gestion du « personnel », méthodes de management... Le trafic de stupéfiants, bien que clandestin, s'apparente de plus en plus à un commerce traditionnel. Pour un peu, il ne manquerait plus que les enseignes...

Rien ne semble perturber le business du cannabis. Ni l'annonce du plan banlieue du gouvernement hier ni les vagues d'interpellations. Car, dans les supermarchés de la drogue, installés au milieu des quartiers sensibles, le cannabis s'écoule à un rythme effréné, alimentant un business lucratif, en pleine mutation et calqué sur les exemples du commerce légal.

A Noisiel (Seine-et-Marne), un important trafic de stupéfiants qui empêchait les habitants d'accéder aux escaliers de leurs immeubles a été démantelé en milieu de semaine. Mais, alors que six dealeurs présumés étaient en garde à vue, la relève était déjà assurée dans les tours, et les barrages réinstallés dans les étages. Leur négoce implanté cours des Roches était quasi fléché depuis la gare RER, où des guetteurs faisaient office de rabatteurs.

A certains endroits, les habitants excédés viennent eux-mêmes déranger les « affaires », comme en Seine-Saint-Denis ou en Seine-et-Marne. En appelant la police ou en envoyant des courriers aux politiques. Des CRS campent parfois devant les cités. Mais le commerce s'adapte, change de lieu ou modifie les accès pour les clients. Les dealeurs se transforment même en véritables professionnels des affaires, allant jusqu'à proposer des services de livraison à domicile comme le font certaines grandes surfaces.

« Il faut que les gens se responsabilisent, que les consommateurs lambda arrêtent d'acheter du shit, qui va dans les poches de vrais bandits », implore un responsable de la police, spécialisé dans le trafic ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • margot99 le samedi 7 mar 2015 à 10:22

    et les partis racistes "à la mode" le savent bien et l'exploite un maximum, ils sont donc à combattre aussi, d'autant plus qu'ils sont dangereux (cf le parti raciste qui à entraîner Allemagne dans la guerre) soyons vigilants!

  • GR207 le samedi 7 mar 2015 à 09:12

    Tout ça sera du passé dans quelques années quand tout le monde pourra produire son héroïne chez lui avec son imprimante 3D. http://www.objectifeco.com/entreprendre/tendances-sectorielles/imprimante-3d-capable-de-faire-de-la-drogue-a-domicile.html

  • M2687570 le samedi 7 mar 2015 à 09:00

    Rappellez vous la prohibition de l'alcool aux US, quel tremplin pour le crime organisé !

  • M2687570 le samedi 7 mar 2015 à 08:55

    ca semble tellement évident ! avec plusieurs millions de fumeurs d'herbe en france, bonjour l'espoir de mettre fin au business ou même de simplement le ralentir ! mais c'est comme pour tout ici, la gestion par l'immobilisme l'emporte.

  • M2766070 le samedi 7 mar 2015 à 08:17

    et grace aux élections du 22 mars, on va tous conforter le Parti §ényl en donnant nos voix à.......... ma rine?

  • M2766070 le samedi 7 mar 2015 à 08:16

    houla m911 vous parler com toby rat, déchets... non ce sont les chances pour la France, et puis gjoly ou jeanfoutr648 vont vous faire 1 procès!!!non il faut raison garder, (chirac 1998) il faut les loger dans la tour Montparnasse ou la défense, tiens ça sonne mieux