Drogba pour tuer " le père "

le
0
Drogba pour tuer " le père "
Drogba pour tuer " le père "

Stamford-Bridge, 42 000 spectateurs et autant de regards braqués vers un seul et même homme. Didier Drogba est de retour à Chelsea deux ans après son départ devant les supporters qui l'avaient élu meilleur joueur de l'histoire du club fin 2012. Ce mardi en 8emes de finale retour de la Ligue des Champions (1-1 au match aller en Turquie), la soirée s'annonce riche en émotions pour l'Ivoirien, désormais à Galatasaray. Mais aussi pour son mentor de toujours, José Mourinho, revenu sur le banc londonien au dernier Mercato estival.

Munich, l'adieu du héros

Arrivé en provenance de Marseille à l'été 2004, Didier Drogba tarde à s'imposer sous le maillot des Blues, dans une équipe qui domine la Premier League. A sa tête, José Mourinho impose un style nouveau et prend sous son aile le buteur ivoirien. Critiqué et contesté, Drogba peut compter sur le soutien sans faille du Portugais. En 2006-07, l'explosion tant attendue a enfin lieu et Drogba termine meilleur buteur du championnat avec 20 réalisations. Stamford-Bridge est conquis. La légende est en marche et l'Allianz-Arena de Munich sera le théâtre de la dernière représentation de l'Ivoirien sous le maillot de Chelsea. Un soir de juin 2012, Drogba offre aux siens la Ligue des Champions qui manquait à son palmarès en guise d'adieux.

« Mourinho a changé ma vie »

Un statut que l'ancien Marseillais doit en grande partie au technicien portugais. Orphelin après son départ du club en septembre 2007, Drogba déclarait alors : « C'est un vrai choc. Beaucoup d'entre nous jouaient d'abord pour l'entraîneur. On doit maintenant oublier ces sentiments et trouver une autre source de motivation. » Mardi soir, Drogba jouera contre le « Special One ». « Je vais affronter mon père Mourinho. Il a une place particulière dans ma vie, il l'a changée », a prévenu l'attaquant de Galatasaray en marge de la rencontre. A 36 ans, Didier Drogba s'apprête donc à retomber en enfance ce mardi. Et rien n'empêchera les supporters de Chelsea de rêver d'un retour improbable, à Londres, de leur attaquant fétiche, avant de raccrocher définitivement les crampons. Au nom du père, peut-être.

Rémi Farge

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant