Drame du TGV Est : un rapport accable la filiale de la SNCF

le , mis à jour à 09:46
6
Drame du TGV Est : un rapport accable la filiale de la SNCF
Drame du TGV Est : un rapport accable la filiale de la SNCF

Manque de rigueur, chaîne de commandement imprécise ou encore mauvaises pratiques : dans un rapport confidentiel commandé par le CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) de Systra sur le déraillement du TGV d'essais le 14 novembre 2015, le cabinet Technologia, expert en prévention des risques professionnels, dresse un constat cinglant de l'organisation de ces essais par cette filiale de la SNCF et de la RATP, spécialisée dans le conseil et l'ingénierie sur les transports. « Les documents précisant les conditions de mise en œuvre de ces essais sont imparfaits », écrivent les experts. Le drame avait fait onze morts, dont cinq travaillaient pour Systra. Dans ce rapport que nous avons pu consulter, quatre éléments sont pointés du doigt.

 

Le risque des essais sous-estimé. Le cabinet d'expertise s'interroge sur le débranchement, lors des essais en survitesse, du système qui empêche les trains de dépasser la vitesse limite : « Peut-on laisser le contrôle et la conduite d'une machine de près de 400 t, évoluant à des vitesses pouvant aller jusqu'à 352 km/h, à la seule appréciation d'une personne, aussi expérimentée soit-elle, sachant que les automatismes de limitation de vitesse ont été désactivés ? » questionne Technologia. Une interrogation au centre des investigations. L'enquête judiciaire n'a pour l'instant révélé aucun problème technique sur la voie ou sur la rame de TGV accidentée, alors que le train a déraillé à 243 km/h sur une portion limitée à 176 km/h. Pour Technologia, la direction de Systra a sous-estimé le danger engendré par ces essais : « La désactivation en survitesse du contrôleur automatique de vitesse sans aucun remplacement par un système équivalent, éliminant ainsi toute possibilité de correction d'une possible erreur humaine, induit un niveau de risque qui aurait dû être mieux identifié et recevoir une réponse appropriée. »

 

Manque ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gyere il y a 4 mois

    La CGT va encore mettre ça sur "les cadences infernales", occultant la responsabilité de ses cotisants!!!

  • dotcom1 il y a 4 mois

    Brétigny, TGV Est... Ca commence à faire beaucoup de morts par négligeance mais bizarrement personne n'est sanctionnée.

  • bigot8 il y a 4 mois

    en un D...RAME d essai qui tue

  • M8252219 il y a 4 mois

    Syndicalistes CGT et SUD plus ils ont d'avantages moins ils ont de conscience professionnelle . IL Y A DU MÉNAGE À FAIRE MAIS C'EST COMME LE CHAMPIGNON " LA MÉRULE " TOUT EST CONTAMINÉ.

  • lorant21 il y a 4 mois

    Dans une entreprise ou la direction tremble devant les syndicats, la question est donc: comment masquer les défaillances sans fâcher les représentants du personnel (comme pour le drame de Brétigny).

  • aiki41 il y a 4 mois

    "dans un rapport confidentiel commandé par le CHSCT ", rapport que tous le monde peut lire. Pas si confidentiel que ça.