Drame des migrants : les mesures envisagées par Bruxelles au banc d'essai

le , mis à jour à 07:53
0
Drame des migrants : les mesures envisagées par Bruxelles au banc d'essai
Drame des migrants : les mesures envisagées par Bruxelles au banc d'essai

Après l'émotion, l'action ? Le naufrage d'un chalutier ce week-end et le sort de ses 800 passagers, morts noyés parce qu'ils espéraient gagner l'Europe, sont venus rappeler de façon terrible à l'Union européenne (UE) la situation dramatique des migrants clandestins. Pour tenter de répondre en urgence à ces drames à répétition, un sommet extraordinaire des Vingt-huit se tient aujourd'hui à Bruxelles. Objectif : mettre en place des mesures pour éviter qu'une telle catastrophe ne se reproduise.

Renforcer Triton ? Lancée en novembre dernier sous l'égide de l'agence européenne Frontex, Triton a pour objectif de surveiller les eaux territoriales européennes. Ce qui n'a pas empêché l'hécatombe. Les Vingt-huit envisagent donc « un renforcement de moyens budgétaires et opérationnels ». Car, aujourd'hui, 3 M€ sont dépensés par mois, loin des 9 M€ de l'opération précédente. « Un budget qui pourrait être au minimum doublé », indique Harlem Désir, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes. Selon une source diplomatique, la France pourrait aussi « augmenter sa contribution » matérielle, pour l'instant maigre : à l'automne dernier, un Falcon 50 (avion patrouilleur maritime) a été déployé, ainsi qu'un remorqueur en haute mer. Ce qui n'empêche pas Triton d'être sous le feu de la critique, accusé par certaines ONG de refouler les migrants afin qu'ils n'arrivent pas sur les côtes européennes pour être candidats à l'asile...

Des quotas de réfugiés ? Depuis les Printemps arabes de 2011, les demandes d'asile en Europe explosent : 625 000 enregistrées l'an dernier contre 250 000 en 2010, notamment avec les migrants venus de Syrie. Face à cet afflux, les Européens planchent sur une « meilleure répartition de l'effort pour l'accueil ». Sauf que cette idée de quotas de réfugiés est loin de faire l'unanimité, tant la question est sensible, y compris en France, sur fond de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant