Drame de Joué-lès-Tours : la famille met en doute la version officielle

le
3
Le commissariat de Joué-lès-Tours, où s'est joué le drame.
Le commissariat de Joué-lès-Tours, où s'est joué le drame.

Par la voix de son avocat, maître Jérémie Assous, Vénérand Nzohabonayo, le père de Bertrand Bilal, un jeune homme de 20 ans converti à l'islam mort le 20 décembre après avoir blessé trois policiers au couteau, souhaite ardemment que la justice fasse toute la lumière sur cette affaire. Le Point avait révélé plusieurs éléments, dont certains actés en procédure - le témoignage d'une étudiante qui a passé deux heures avec Bertrand le matin des faits -, susceptibles de faire naître un doute quant à la version officielle.

Le ministre de l'Intérieur de même que le procureur de la République de Paris - qui, lui, dirige l'enquête - privilégient la thèse de l'islam radical qui aurait poussé Bertrand Bilal à attaquer des policiers au sein même du commissariat de Joué-lès-Tours.

Maître Jérémie Assous devrait très vite se constituer partie civile. D'ores et déjà, la famille demande à la justice d'entendre de nouveaux témoins mais aussi qu'elle saisisse les bandes de la vidéosurveillance qui filme les abords de l'antenne de police où la tragédie s'est déroulée. "Il faut espérer que la vidéosurveillance n'a subi aucun aléa technique", s'inquiète maître Assous. Lire aussi Que s'est-il vraiment passé à Joué-lès-Tours (éditions abonnés)

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3442498 le samedi 27 déc 2014 à 11:29

    En socialistLand, les truands, violeurs et assassins sont aussi des électeurs potentiels

  • patjo47 le samedi 27 déc 2014 à 09:49

    En plus il a un avocat qui s appelle Assoce, ben ça va être de la faute des patrons ou des blancs.

  • M5441845 le vendredi 26 déc 2014 à 21:44

    Bien sûr s'il a dit a son amie étudiante qu'il venait de perdre ses papiers et qu'il devait aller au commissariat faire une déclaration... ça change tout....