Drame de Furiani : vers la fin des matchs de foot les samedis 5 mai

le
0
Drame de Furiani : vers la fin des matchs de foot les samedis 5 mai
Drame de Furiani : vers la fin des matchs de foot les samedis 5 mai

C'est un premier pas vers un 5 mai chômé pour tous les footballeurs de l'Hexagone. Mais pas vraiment un pas de géant. Le ministre de la Ville et le secrétaire d'Etat aux Sports viennent d'annoncer qu'ils avaient proposé de ne plus disputer aucune rencontre professionnelle ou amateur le 5 mai si ce jour tombe un samedi, en hommage aux victimes de la catastrophe de Furiani à Bastia en 1992. Dix-huit personnes avaient alors perdu la vie dans l'effondrement d'une tribune métallique temporaire qui en avait également blessé 2 300.

La Ligue de football professionnel et la Fédération Française de football - représentées par le directeur général adjoint de la FFF Victor Melero - ont participé à une réunion au ministère de la Ville et des Sports mardi matin pendant laquelle les deux instances ont fait part de leur accord de principe sur une telle proposition. En réalité, cette décision s'apparente à une «mesurette» loin de satisfaire les amoureux du football sur l'île de Beauté. Et même si Paul Giacobbi, député et Président du Conseil exécutif de Corse a pris part à la réunion à Paris, personne n'est dupe dans les instances du football sur l'impact plus que limité d'une telle mesure. Car concrètement si le 5 mai tombe un autre jour qu'un samedi, les matchs se disputeront quand même mais avec des commémorations nationales (minute de silence, d'applaudissements, port d'un brassard, lecture d'un message). Si l'on s'en réfère au calendrier, seuls trois samedis sans match auront donc lieu dans les 20 prochaines années : en 2018, en 2029, puis en 2035.

Une prochaine réunion le 21 juillet

Les représentants du comité du 5 mai 1992 qui militent de longue date pour que le 5 mai soit sacralisé et sans match partout en France font remarquer que cette proposition va «dans le bon sens mais qu'elle ne reprend pas dans sa globalité notre proposition». «Nous sommes favorables à un gel total des rencontres et non pas partiel», a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant